L’été arrive et la cellulite se dévoile :(

Ca y’est, l’été est bientôt là avec son lot de tracasseries…pour nous les femmes ce cap de l’été peut susciter des inquiétudes et générer même de l’angoisse ! Neuf femmes sur dix connaissent ces petits « matelas » graisseux qui enrobent le corps.

1742723-l-objectif-de-l-ete-oublier-la-celluli-930x0-3La cellulite ? De quoi s’agit-il ? D’une accumulation de graisse qui peut apparaître sur certaines régions du corps, particulièrement entre la taille et les genoux, d’où le terme de « gynoïde » (propre à la femme).

Cette matière vivante se fait et se défait sous l’influence des entrées et des besoins énergétiques (repas et activités), sous influence des hormones également, essentiellement estrogènes chez la femme, testostérone chez l’homme, insuline et hormones du stress, qui agissent sur des récepteurs localisés sur les cellules graisseuses. Selon le sexe, l’âge, l’équilibre nutritionnel, les prédispositions génétiques, le niveau de pratique d’une activité physique et l’état psychologique de chacun, les rondeurs se forment ou s’éliminent plus ou moins facilement.

Morphologique et logique

  • La localisation préférentielle des graisses varie selon le sexe en raison des hormones sexuelles différentes (principalement estrogènes chez la femme et testostérones chez l’homme). Chez l’homme, elle est « androïde », les tissus adipeux se déposant plus volontiers sur la partie supérieure du corps, au niveau de la « bedaine », des épaules et du cou. Chez la femme, elle est « gynoïde », en référence aux régions de ses membres inférieurs.

La cellulite se concentre, dans plus de 95 % des cas (enquête nationale Groupe Cellulite, 1997), sur le bas du corps, c’est-à-dire les fesses et les cuisses, et, dans une moindre mesure, les hanches, le bas du ventre et les genoux. Ce phénomène concerne indistinctement les femmes minces, fortes ou moyennes.

  • Ces différentes répartitions adipeuses sont donc régies par programmation génétique et modifiées par les hormones sexuelles.
  • Pourquoi ces inégalités ? Chez l’homme, les réserves adipeuses doivent surtout et seulement couvrir leurs besoins énergétiques quotidiens. Chez la femme, les «provisions» lipidiques plus conséquentes doivent lui permettre, de plus, de faire face aux grossesses et aux allaitements.

perfect womans bum and legs

Diagnostic de la Cellulite

Il existe une classification de la cellulite : la classification IFAT* (Infiltration, Fibrose, Adipose des tissus)

Infiltration

  • Mauvais retour veineux.
  • Insuffisance lymphatique.
  • Altération de la perméabilité des capillaires.
  • De l’eau en excès demeure dans le tissu interstitiel et dans le tissu graisseux pré-adipocytaire : il y a rétention d’eau dans les tissus infiltrés, qui peut entraîner une fibrose.

Fibrose

  • Stagnation de protéines de haut poids moléculaire, non drainées par le système lymphatique, et accroissement de la production de fibres collagènes.

Adipose des tissus

  • Augmentation du nombre et/ou du volume des adipocytes…

(Rôle important de la consommation de sucre industriel et des facteurs génétiques)

  • … Liée à un dysfonctionnement de la lipogenèse (synthèse des triglycérides) et de la lipolyse.